AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | .

 présentations May


 :: miami beach :: test saison 6

avatar
la dream team.
http://lmlyd.forumsgratuits.net
☰ messages : 324
☰ date d'inscription : 13/08/2015
☰ localisation : En pyjama sur mon canapé.
Sujet: présentations May  |  Mar 15 Aoû - 13:35
 
Andrea Caesar Reyes
The loneliest moment in someone’s life is when they are watching their whole world fall apart, and all they can do is stare blankly.
Age.
23 ans, né le 08/04/1994.
Profession & Etudes.
Etudiant à l'Université de Miami, commence sa 4e année de Bachelor en Etudes Internationales.
Situation.
Célibataire.
Orientation sexuelle.
Pansexuel, mais avec très peu d'expérience.
Groupe choisi.
NYC.
May.
ft. Cole Sprouse.
Ton âge 21. D'où tu viens ? France. Depuis combien de temps es-tu sur le forum ? Un an et demi. Un petit avis sur la nouvelle version ? C'est verdoyant. Mot de la fin ? fin.
It takes courage to love, but pain through love is the purifying fire which those who love generously know.

Présentation initiale.
Amour & Amitié.
Andrea a connu l'amour une seule et unique fois. Avec Bellamy, à Tijuana, pendant une année avant que cela ne trouve une fin tragique. Depuis, il a du faire face à diverses épreuves et a développé un certain désintérêt pour tout ça. Il a eu une brève relation avec un autre mec, mais ça a duré si peu de temps qu'il ne s'est jamais vraiment passé quoi que ce soit. Disons que l'amour et le sexe sont loin d'être ses priorités, et depuis tout ce temps, Bellamy reste toujours son âme soeur.
Pour ce qui est de l'amitié, c'est aussi un peu compliqué. Il accorde assez difficilement sa confiance, et est si concentré dans ses études et ses engagements que les sorties entre amis passent au second plan. Il a des expériences et centres d'intérêt qui le séparent un peu de la majorité des gens qu'il pourrait fréquenter, et a donc assez peu d'amis en-dehors de son cercle. Il vit seul, avec sa tortue : Hector.
Travail & Loisirs.
Andrea est étudiant à l'Université de Miami, en Bachelor Etudes Internationales. Il a effectué ses 3 premières années de BA à San Francisco, avant de venir vivre à Miami au début de l'été 2017 et de demander son transfert pour la 4e année. Il est brillant, et passionné par ses études. En-dehors de celles-ci, il est très impliqué dans des associations, dont une qui milite pour les droits de la communauté LGBT et vient en aide à ses membres. Politiquement engagé, marqué par ses propres expériences, il donne vraiment tout son temps libre à cette association. Il n'a pas d'emploi, mais vit mieux que bien.
Episode marquant.
Il a grandi dans une famille fermée d'esprit, et lorsque son frère a appris qu'il sortait avec un homme, il a poignardé Bellamy et battu Andrea. Ce dernier a ensuite été traîné par sa famille jusqu'à Phoenix, Arizona, où ils l'ont fait interner en thérapie de conversion, dans un centre dont le but était de le "guérir de la maladie", de le faire entrer dans la norme. Il y a subi un tas de traitements inhumains, y a passé huit mois de sa vie, avant d'en sortir, sauvé par la fermeture du centre grâce à la mobilisation de la fameuse association dans laquelle il s'est ensuite engagé. Après sa libération, il a témoigné dans plusieurs procès, et a reçu une somme non-négligeable qui lui a permis de financer ses études et de recommencer une vie. Il reste cependant marqué à vie par ces huit mois.
Informations utiles (optionnel).
Andrea est évidemment marqué à vie par ce qui lui est arrivé et par les injustices qui ont été commises envers lui. Il en a gardé beaucoup de méfiance vis-à-vis de l'autorité et une certaine désillusion. C'est quelqu'un de révolté, qui idéalise peut-être un peu trop certaines grandes révoltes, révolutions, et actions de ce genre-là. Il n'a pas vraiment peur d'entrer en conflit, surtout lorsqu'il est totalement confiant et qu'il sait qu'il a raison. Ce côté leader, provocateur même, il ne l'a pas vraiment en privé, où il est beaucoup plus réservé et discret. Comme précisé plus haut, il vit véritablement pour sa cause.


Dernière édition par Alexie M. Campbell le Lun 28 Aoû - 11:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
☰ messages : 59
☰ date d'inscription : 22/11/2016
Sujet: Re: présentations May  |  Mar 15 Aoû - 15:23
 
Anteynara Echo Carlson
What I sometimes mistake for ecstasy is simply the absence of grief.
Pragmatique surtout et avant tout. Elle n'est ni méchante ni insensible, mais disons qu'elle a tendance à valoriser les choses en fonction de leur utilité. Elle est réaliste, ne laisse que très rarement son avis être influencé par des émotions ou sentiments, et si beaucoup de gens la considèrent vaguement inhumaine à cause de cela, elle serait d'avis à dire que c'est sa plus grande qualité. Elle se fout pas mal des codes de la morale, des règlements non-dits qui dirigent le monde, des conventions sociales en tous genres. Elle a toujours vécu un peu en marge, non pas au premier degré puisqu'elle est une femme d'affaires influente et présente dans le monde, mais plutôt au niveau de ses idées et de ses convictions personnelles. Elle est aussi une grande criminelle, ne l'oublions pas. Ce n'est pas l'illégalité qui l'excite, et elle serait même du genre à dire qu'il n'y a rien de très excitant dans le fait de tuer quelqu'un. C'est un job, c'est tout. Au-delà de ça, Antey est une fille plutôt imprévisible et extrêmement indépendante. Ayant travaillé toute sa vie pour obtenir sa vie de rêve, elle n'acceptera certainement jamais de se plier aux décisions de quelqu'un d'autre. Elle est plutôt individualiste, résultat de ces années bordéliques passées à se forger. Elle a beaucoup de fierté aussi, mais pas forcément mal placée, c'est juste qu'elle s'est endurcie avec les expériences et qu'elle ne se permet pas de se laisser toucher par n'importe quoi. Elle a de quoi être fière, et elle le sait. Si elle manque de sensibilité et d'humanité la plupart du temps, c'est surtout parce que ça la met extrêmement mal à l'aise et que ce n'est tout simplement pas sa façon de s'exprimer. C'est quelqu'un qui observe beaucoup, et prend note d'un grand nombre de choses, et si sur l'instant elle ne réagit pas, il se pourrait qu'un jour, elle vous surprenne en vous faisant une belle faveur en échange de quelque chose que vous auriez fait et qu'elle aurait apprécié. Et évidemment, l'inverse est applicable, car elle peut se montrer un brin rancunière. Le sarcasme est son moyen d'expression favori. Si elle souffre, c'est de ne pas savoir exactement qui elle est, et de la solitude dans laquelle la vie l'a enfermée. Elle a un peu de mal à se l'avouer, mais l'idée d'avoir trouvé une famille, une famille qui aurait pu être la sienne, ça la remplit d'espoir et de bonheur. A tel point qu'elle finit par baisser sa garde, se laissant aller à des fantaisies telles que les moments partagés avec ceux qu'elle vient de retrouver. Cependant, si elle peut s'avérer être agréable et bien intentionnée la plupart de temps, elle n'en reste pas moins calculatrice. Elle est égoïste, dans le sens où elle et les quelques personnes de son entourage passent avant tout le reste. Elle n'a pas peur de prendre des décisions qui lui mettent tout le monde à dos, si elle est convaincue que c'est la bonne décision. Anteynara va toujours au bout de ce qu'elle entreprend, elle déteste laisser les choses en plan, ça la frustre réellement. Elle est douée pour le mensonge et la manipulation, après des années d'entraînement et de pratique, et est plutôt prête à tout pour arriver à ses fins, même si elle a une conscience bien enfouie. Elle est remplie de paradoxes, elle est sûre d'elle mais carrément perdue, Anteynara. Mais au moins, elle est parfaitement douée pour prétendre qu'elle ne l'est pas.
Prénoms & Nom.
Anteynara Echo Carlson (fille Mayer cependant, soeur biologique d'Aloysia et James).
Age.
24 ans.
Né(e) le, à.
08/04/1993 à Queens, New York.
Profession & Etudes.
Milliardaire propriétaire d'un hôtel de luxe à Miami Beach, The Carlson, elle a aussi mis un pied dans la mode eta un tas de projets. Derrière tout ça, elle est surtout tueuse professionnelle, passée pro dans l'art du meurtre, de la torture, de l'escroquerie, et du crime.
Situation.
Célibataire après deux tentatives amoureuses râtées.
Orientation sexuelle.
Pansexuelle et open-minded.
Origines & nationalité.
Américaine.
Groupe choisi.
Juarez.
May.
ft. Alycia Debnam Carey.
Ton âge 21. D'où tu viens ? France. Où as-tu connu le forum ? Je sais pluuus. Fréquence de connexion Always&Forever. Un petit avis sur LMLYD ? keur. As-tu envoyé tes 2 secrets à Nightmare ? héhé obviously. Si tu es un scénario, merci de nous laisser le lien ici : nope. Mot de la fin ? (l)
we've all got a monster inside of us, and we're all responsible for what it does when we let it out.

Présentation initiale.
1. NEW YORK, 8 avril 1993, hôpital.
Il est 22h53 lorsque deux petites filles viennent au monde, dans deux chambres voisines. D'un côté l'enfant Mayer, troisième enfant dans une famille plus qu'aisée. De l'autre, la fille unique des Carlson, un couple de classe populaire, dont la femme souffre de graves problèmes de santé après avoir abusé pendant des années de substances en tous genres. L'un des enfants naît plus faible que l'autre, malgré la ressemblance entre les deux petites. Trois heures plus tard, la fille Mayer est déclarée morte.
Ca n'a aucun sens, et pourtant tout le monde y croit. Tout le monde sauf le père Mayer qui comprend bien vite l'erreur mais ne fait rien pour l'arranger. Tout le monde sauf les parents Carlson qui reçoivent l'enfant qu'ils n'auraient pas du avoir. Le contrat est simple. Le secret restera entre eux trois, si les Carlson autorisent le père biologique à voir sa fille quelques fois par an. C'est ainsi qu'Anteynara, fille du couple Mayer, devient Anteynara Carlson. Ainsi commence l'histoire.

Petit appartement dans un quartier populaire de Queens, NY.
Anteynara grandit entre son père, qui traîne dehors à faire on ne sait quoi avec on ne sait qui (si elle était plus âgée, elle comprendrait qu'il ne fait pas dans le légal, et que tout ça leur attirera un jour des ennuis) et sa mère qui passe ses journées devant sa télé avec des bouteilles d'alcool et qui pourtant, malgré ce portrait peu flatteur, elle fait de son mieux pour sa fille et s'occupe d'elle, lui donne ce qu'elle peut tout en combattant ses propres démons. Elle tient la laverie automatique en-bas de leur immeuble. Un vieux truc délabré, qui leur ramène tout de même de quoi payer le loyer. Mais c'est tout de même son père qui subvient au mieux à leurs besoins, lui qui dirige un trafic bien sérieux et qui est un homme respecté dans son milieu : la rue et le crime. Et puis, il y a l'homme qui vient à son anniversaire, à Noël, et une fois au hasard en plein été. Il lui arrive de caresser sa joue, de parler avec ses parents comme s'il faisait partie de la famille. Il est toujours bien habillé, un costume cravate et des chaussures en cuir bien brillantes. Il apporte des cadeaux qui font briller quelque chose dans les yeux de cette gamine. Et il glisse parfois des billets dans la main de sa mère. Puis il disparaît à nouveau. Elle demande un jour si c'est lui, le Père Noël. Sa mère ne lui répond pas. Alors elle ne sait pas trop quoi penser de cet homme. Parce que les cadeaux lui plaisent, mais lui... lui, il est étrange. Elle ne sait pas ce qu'il veut, et du haut de ses six ans déjà, elle sait que les gens qui viennent te donner quelque chose sans rien demander en échange, ils reviennent un jour pour te réclamer la contre-partie, et en général, ça fait mal.

15 juin 2009.
Comme évoqué précédemment, les ennuis leur tombent sur la figure. Elle a seize ans et lorsqu'elle rentre des cours, il fait beau, chaud, un grand soleil qui tape contre les vitres de l'appartement et qui éclaire l'intérieur. C'est magnifique, et elle prendrait un moment pour profiter de ça, s'il n'y avait pas la porte d'entrée entre-ouverte et le corps de sa mère avec une balle dans la tête, au milieu du salon. Celui de son père est dans la cuisine, attaché sur une chaise, et dans le même état. Elle pose ses doigts doucement sur la peau douce de son cou, et elle n'est plus chaude. Plus vraiment. Plutôt tiède, comme figée entre la vie et la mort mais sans retour possible.
Anteynara ne sait pas quoi faire. L'homme qui venait la voir tous les ans, qui était en fait son vrai père, chose qu'elle avait appris quelques années plus tôt, ne vient plus. Plus depuis qu'elle lui a fait comprendre que les cadeaux ne suffisaient pas. De toute façon, il avait l'air de s'en foutre. Alors elle prend un sac et y met tout ce qu'elle trouve qui y rentre et qui peut être utile. Des fringues, un peu de bouffe, les liasses de dollars que son père cachait sous le plancher, dans un coffre derrière les seuls tableaux qu'ils possédaient, entre les vêtements d'hiver rangés dans les placards. Puis le couteau que son père trimballait partout, et la petite mallette qui contient un flingue et de quoi le charger. Et elle s'en va.

2. CHICAGO, 29 juillet 2011, appartement de luxe.
Elle rencontre Jay deux mois après son départ de New York. Il a tout juste 18 ans, elle en a 16, et ils tombent amoureux comme deux gamins. Jay, il a du fric. Il est à quelques billets du milliard. Cet argent, il l'a de par ses parents et grâce au business un peu étrange qu'il organise. Anteynara, ça la fait sourire, parce que tout ça prouve qu'on ne s'échappe pas si facilement de là où l'on vient. Seulement Jay, il est un peu plus qu'un simple gangster de quartier. Jay il sait parler aux gens, et jouer des rôles, et se faire passer pour quelqu'un qu'il n'est pas. Jay il transpire le luxe et le talent, il est charmeur et il s'intéresse à tout un tas de choses qui n'ont rien à voir avec tout ça. Il est minutieux et intelligent, ne fait jamais la moindre erreur. Et Anteynara, elle aime ça. Elle aime à en crever. Elle n'est pas sûre de savoir si c'est Jay qu'elle aime, ou si c'est ce qu'il représente. Mais elle aime. Alors ils vivent leur vie entre le bling-bling et la collection d'armes cachées dans la salle à manger.
Jay lui apprend tout ce qu'il y a à apprendre. C'est comme s'il avait vu en elle quelque chose de magique, comme si à ses yeux elle était faite pour ça. Et pourtant, lorsqu'ils se sont connus, elle n'était rien ni personne, juste une gosse perdue, débrouillarde et qui n'avait pas froid aux yeux. Mais elle avait du potentiel, clairement. Il lui apprend à mentir, à utiliser des armes, à se battre, à jouer des rôles... Il lui fait découvrir l'art, la mode, le luxe, et tout ce qu'elle n'avait jamais connu, dans son quartier populaire. Il la forme pour qu'elle puisse tuer, espionner, faire ce qu'il fait à la perfection. A la perfection jusqu'à l'erreur. L'erreur qui lui coûte la vie. L'erreur qui apprendra à Anteynara à ne pas faire confiance. Il invite un associé chez eux ce soir là, et Anteynara finit droguée jusqu'a ce que tout ce qu'elle puisse voir soient des silhouettes floues, et tout ce qu'elle puisse entendre soient des hurlements tordus. Lorsqu'elle revient à la réalité, il y a des morceaux de Jay partout, de la chambre à la cuisine. Alors encore une fois, elle fait son sac, le remplit de tout ce qui peut lui servir, et elle se barre.

3. MIAMI, 2016.
Elle a un bon nombre de raisons pour être là, toutes aussi bonnes les unes que les autres. Depuis la mort de Jay, elle a repris le flambeau, passant deux ridicules semaines après l'épisode de la boucherie à traquer l'assassin et à lui faire payer son crime dans le sang et la douleur. La barbarie ne l'attire pas plus que ça, mais parfois ça s'impose. Elle, elle préfère jouer, extraire des informations et ruiner des connards. Des connards un peu comme son père, son vrai père, vous savez... le Père Noël. Elle aime les dépouiller de tout ce qu'ils aiment. L'argent, le succès, l'amour, le pouvoir. Alors, une des raisons qu'elle a d'être ici, c'est son père. Ah, le cher Papa. Il ne lui a pas fallu creuser loin pour découvrir à quel point c'était un enfoiré. Qu'il avait choisi de l'abandonner dès la naissance, faisant croire à sa famille qu'elle était morte, les plongeant dans ce genre de douleur pour dieu sait quelle raison. Il ne devait pas non plus tenir à elle, pas vraiment, malgré les cadeaux et les visites. Peut-être qu'il avait tout de même une conscience, des remords, quelque chose comme ça. En tous cas, à la première dispute, il avait cessé de venir, et ça voulait tout dire. Alors être à Miami, pour Anteynara, c'est l'occasion de revenir dans sa vie, de lui faire croire qu'elle est là pour lui, qu'elle cherche son père. Tout ça pour ensuite le détruire. Il a deux enfants ici, James et Aloysia. Son frère et sa soeur. Elle a longtemps hésité, se demandant si la pire des vengeances ne serait pas de les lui arracher, de s'en prendre à eux. Mais elle a un coeur, Anteynara, elle ne fait pas de mal gratuitement. Du moins, pas en théorie. Et peut-être qu'elle a envie d'une famille, de gens qui l'accueilleront à bras ouverts. De gens auxquels elle a manqué. Ce serait bien. Anteynara est ici sous les traits de la fille retrouvée, qui sort d'on ne sait trop où, présentée à son frère et sa soeur avec son acte de naissance, et des preuves. Multi-milliardaire, elle vient d'acheter un hôtel de luxe au milieu de Miami, comme on achète une baguette chez le boulanger, et peut-être que Miami, c'est l'endroit où elle compte s'installer. Là où elle prendra sa retraite, enfin réintégrée à sa famille. C'est un peu le rêve. Elle compte toujours lui faire payer ses conneries, à son père, et sans doute que si elle attend le bon moment, sa vengeance en sera bien plus délicieuse.
Ses premiers mois à Miami se passent bien, elle se fait doucement une place dans la famille Mayer, rencontre Noah qui deviendra par la suite quelqu'un d'important pour elle. D'abord un plan cul, puis un ami, un compagnon de galère... tout ça mélangé. Ils passent quelques semaines en cavale, cachés au Canada, tous les deux, et en apprennent beaucoup l'un sur l'autre, jusqu'à finir par se faire confiance dans les situations critiques. Mais à la fin de l'été, un évènement survient. Arielle, la meilleure amie d'Antey, est agressée. Anteynara en vient à soupçonner Clyde, et ne voyant pas d'autre suspect, elle l'enlève, le séquestre, le torture. Il est finalement saucé in-extremis par sa petite amie qui tire à plusieurs reprises sur Anteynara. Qui quant à elle est aussi sauvée de justesse par Noah, à qui elle avait donné rendez-vous et qui se pointe quelques minutes après. Malgré ça, elle passe deux mois dans un coma artificiel.
A son réveil, c'est Noah qui est le plus présent à son chevet, et qui lui apprend qu'elle était enceinte mais qu'elle a perdu le bébé suite à ses blessures. L'enfant aurait été de lui. C'est une révélation qui les emmène encore un peu plus sur une pente glissante, entre leurs engueulades et quelques sentiments naissants. En parallèle et une fois remise de ses blessures, elle commence à développer une relation étrange avec Clyde, entre chez lui dans le but de finir son travail, mais lui sauve la vie lorsqu'elle le trouve les veines ouvertes, ce qu'elle interprète comme une tentative de suicide. Quelques semaines plus tard, tout tourne à nouveau mal lorsque Noah a des ennuis, et Antey se retrouve séquestrée et torturée, rejointe rapidement par Noah. Ils s'échappent, mais Noah y passe presque, et confrontée à l'idée de le perdre, elle commence doucement à réaliser qu'elle tient à lui. Ils passent de plus en plus de temps ensemble, fêtent Noël ensemble, se rapprochent. Lorsqu'elle revoit Clyde, avec qui elle discute longuement, elle lui avoue même vaguement avoir des sentiments pour quelqu'un : Noah. Ils se fréquentent, elle voit de plus en plus Noah, et lors d'une soirée où elle a trop bu, elle lui avoue à demi-mot ses sentiments pour lui... mais après l'avoir déposée chez elle, il a un grave accident de la route. Le lendemain, elle réalise qu'il a perdu la mémoire et ne se souvient plus de qui elle est. Ils reprennent leur relation à zéro, et pendant les deux mois suivants, elle squatte chez lui et ils se rapprochent fortement sans pour autant dépasser le stade de l'amitié. Jusqu'au soir du baiser. Juste un baiser. C'est le lendemain seulement qu'ils cèdent et couchent ensemble. Le début du printemps est marqué d'un côté par le début de leur couple... et l'agression d'Aloysia par son coach de patin, qu'Anteynara décide de venger, accompagnée par James. Elle passe un weekend à Paris avec Noah, et à son retour, elle brûle vif le violeur de sa soeur, sous les yeux de James. Ca devient leur vilain petit secret. Secret qui n'en reste pas vraiment un, puisque quelques semaines plus tard, lors d'un repas entre frère et soeurs, James ouvre sa gueule. Aloysia prend ses distances avec sa famille, et en parallèle de ça, les choses dégénèrent avec Noah. Elle commence peu à peu  réaliser qu'ils ne sont pas forcément faits pour partager certaines choses, que leurs modes de vie sont différents, mais elle préfère ne pas se rendre à l'évidence. Finalement, c'est la rencontre avec Geane et son fils, et le fait de voir Noah avec son amie et ce gamin, qui lui font comprendre qu'ils ne veulent pas la même chose et que jamais elle ne pourra lui donner la gentille petite vie qu'il souhaite. Tout comme lui ne pourra pas faire son bonheur dans le futur. Ils se séparent, et Anteynara reprend le cours de sa vie, même si elle a du mal à se détacher de Noah et à catégoriser leur nouvelle relation. A côté de tout ça, elle se remet plus intensément dans son travail, le rythme duquel avait baissé pendant qu'elle était occupée à autre chose. Début septembre 2017, un petit tournant important se pointe tout de même dans sa carrière : le gouvernement américain devient un de ses clients, et si pour l'instant il ne s'agit que de quelques jobs très secrets, elle pourrait commencer à travailler pour eux régulièrement par la suite. Affaire à suivre.


Dernière édition par Anteynara E. Carlson le Ven 1 Sep - 12:08, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
☰ messages : 59
☰ date d'inscription : 22/11/2016
Sujet: Re: présentations May  |  Mer 16 Aoû - 15:20
 
Erwan Jamie Beckford
I must get my soul back from you, I am killing my flesh without it.
Il a toujours été un peu naïf, trop gentil, le coeur sur la main, et persuadé que tout le monde était comme ça, que les mauvaises intentions n'existaient pas. Aujourd'hui, il garde cette naïveté, mais il a compris que tout le monde n'était pas beau, gentil et bien intentionné. Il souffre d'un stress post-traumatique, de dépression et d'anxiété, tous trois non diagnostiqués, ce qui influe fortement sur sa personnalité. C'est un garçon complexe, aux multiples facettes, qu'il est difficile de comprendre. Le principal moteur de ses actions est la peur, puisqu'il est terrifié de décevoir et qu'il craint l'échec et ses conséquences. Il prend donc des décisions parfois incompréhensibles par peur de ce qui pourrait arriver, en particulier dans le cadre de son travail. Il est profondément marqué par les échecs du passé et ses traumatismes, qui l'ont poussé à avoir une très basse estime de lui-même. Convaincu qu'il ne vaut rien, qu'il n'est bon qu'à exercer son métier de prostitué, persuadé par son ex que la seule chose pour laquelle il est utile, c'est le sexe. Il s'accroche donc de toutes ses forces à cela, même si les gens de son entourage ne peuvent le comprendre. Vendre son corps et ses services ne le rend pas heureux, et il n'a d'ailleurs plus vraiment de goût pour le sexe, ses traumatismes du passé lui ayant lentement retiré l'envie. Mais Erwan est perdu, clairement, ne trouve plus de sens à sa vie, a envie d'avoir une petite place où il peut être la meilleure version de lui-même, et il est persuadé que c'est là, dans cette maison close. Malgré son travail et contre toutes attentes, c'est un garçon plutôt innocent, qui ne savait pas grand chose de la vie avant de rencontrer Leo et d'être propulsé dans ce monde. Il a eu une enfance assez protégée, mais le fait d'avoir été exposé au sexe de cette façon-là fait qu'il n'a pas nécessairement notion de ce qui est acceptable ou non. Il peut être un peu gênant, se mettre à parler ouvertement de choses privées, sans comprendre la gêne qui en découle, puisqu'il a été en quelque sorte formaté dans un monde où le sexe est omniprésent et pas du tout tabou. Au-delà de tout ça, il a un petit côté joueur, enfantin, que les années ne sont pas totalement parvenues à effacer, même s'il faut creuser pour le trouver. Il se protège parfois derrière un jeu, lorsqu'il se sent menacé ou qu'il est avec des clients, jouant le rôle de la parfaite "pute", comme le lui a enseigné Leo. Joueur, coquin, suppliant, sexy. Et c'est dur à dire, si c'est réellement une part de lui, ou si avec le temps, le masque est devenu une seconde peau. Ce qui est sûr c'est que désormais, Erwan est tristement défini par son travail, son activité principale, ce dont il a fait le centre de sa vie après avoir été arraché à tout le reste et façonné, sculpté par son tortionnaire, son violeur. Son premier employeur qui lui a tout appris et dont le souvenir, tout aussi horrible qu'il soit, continue de le hanter et d'être un repère. Leo a réussi, finalement, il est parvenu à retirer à Erwan tout ce qu'il avait pour le construire comme lui le voulait, il a réussi à faire en sorte qu'Erwan ne l'oublie jamais et que quoiqu'il arrive, il reste toujours gravé dans ses souvenirs, sa vie, et chaque centimètre carré de son corps.

EN VRAC Il a des tendances suicidaires, n'est jamais passé à l'acte ou fait plus qu'y penser, mais c'est arrivé de nombreuses fois qu'il contemple la possibilité de mettre fin à ses jours. Surtout ces derniers mois, lorsqu'il est seul dans la ville, qu'il traverse ce foutu pont, il se demande si sauter serait une bonne idée. Ou dans la salle de bain de la maison close, après une nuit difficile, il s'imagine se noyer dans la baignoire ou s'ouvrir les poignets et se laisser mourir. Il ne va jamais au bout, ne commence même pas. C'est un battant, un survivant malgré les idées noires. Il a trop de bataille dans le sang, trop d'instinct de survie. Il est fort malgré tout ce qu'on peut penser de lui, du genre à souffrir sans jamais abandonner. / Il aime énormément les boissons chaudes. Chocolat, café, thé... / Il a une peur glaçante de la drogue. Les substances étaient omniprésentes dans son milieu, à Los Angeles, lorsqu'il faisait le trottoir et s'était lié d'amitié avec d'autres jeunes comme lui. Il en a vu beaucoup trop prendre goût à tout ça, sombrer lentement, mourir à petit feu, pour être retrouvé dans une ruelle, une seringue dans le bras. Mort. Les images sont gravées dans sa mémoire, et ça l'effraye infiniment. Malgré ça, il est arrivé quelques très rares fois que Leo le drogue, après avoir mis Erwan dans un état si horrible que c'était la seule chose à faire pour lui donner un peu de répit, un peu de sommeil et de repos avant d'attaquer la journée suivante. Et Erwan, contre tous ses principes, s'est retrouvé à aimer ça, ce soulagement. Mais ça n'aura pas suffi à le convaincre, et ce n'est pas demain que le jeune homme touchera volontairement à la drogue, quelle que soit sa forme.
Prénoms & Nom.
Erwan Jamie Beckford.
Age.
24 ans.
Né(e) le, à.
03/01/1993 à Manhattan, New York.
Profession & Etudes.
A étudié la littérature à l'Université de New York, mais n'a pas fini son bachelor. A été prostitué et escort-boy à Los Angeles pendant environ trois ans. Il a ensuite retrouvé sa passion pour la musique et commencé une carrière, au point d'enregistrer un premier album à Miami et d'avoir une petite notoriété, mais il a stoppé net sa carrière. Aujourd'hui, il se prostitue à nouveau, dans une maison close à Miami où il vit actuellement.
Situation.
Célibataire, coeur brisé.
Orientation sexuelle.
Pansexuel, mais il n'a aucune expérience avec les filles.
Origines & nationalité.
Américain.
Groupe choisi.
Oymyakon.
May.
ft. Harry Styles.
Ton âge 21. D'où tu viens ? France. Où as-tu connu le forum ? idk. Fréquence de connexion trop. Un petit avis sur LMLYD ? pas trop mal :3 As-tu envoyé tes 2 secrets à Nightmare ? ouiiii. Si tu es un scénario, merci de nous laisser le lien ici : j'me suis émancipé -) Mot de la fin ? (l)
If all else perished, and he remained, I should still continue to be; and if all else remained, and he were annihilated, the universe would turn to a mighty stranger.

Présentation initiale.
1. NEW YORK.
Fils ainé d'une fratrie de quatre, Erwan était la fierté de ses parents. Il était loin d'être l'enfant parfait, mais c'était un ange malgré tout. Il rayonnait et vivait pour mettre un sourire sur le visage de ceux qui le croisaient. Plein d'énergie, poli, toujours prêt à aider les autres. Il n'était pas très grand, ou très imposant, il avait le coeur un peu trop grand et une sensibilité renversante. Heureusement qu'Orel était là pour le protéger. Comme s'il perçait la foule pour y laisser un chemin, et qu'Erwan puisse traverser sans être effleuré par qui que ce soit. Son héros. Toujours prêt à le sauver, même quand il finissait par en payer le prix. Erwan aurait tout fait pour lui, mais il n'y avait rien à faire. Orel, fier et craint la journée, battu par son père le soir.
Ca lui brisait le coeur, de voir Orel dans cet état, d'être si impuissant face à ça. Il jouait de la guitare le soir, dans sa chambre, et composait des chansons pour Orel. Des chansons qu'il ne lui montrerait jamais. Elles parlaient d'embrasser les bleus et de caresser les cicatrices. Ces chansons-là, elles étaient son secret, elles étaient condamnées à rester dans sa chambre, sur les pages de son carnet.

Avril 2012.
A l'université, il étudia la littérature, même si son rêve à lui, c'était de vivre de sa musique. Il avait 19 ans cette année-là, et Orel disparut, fuyant sa vie familiale. Il était parti, et Erwan se retrouvait tout seul, le coeur en miettes. Il réalisa qu'il aurait voulu qu'Orel l'emmène avec lui. Il l'aurait suivi jusqu'au bout du monde. Il était tout ce qui comptait. Cependant, sa vie en solitaire ne dura que quelques semaines. Sa mère trouva son carnet. Quand il rentra ce soir-là, ses parents l'attendaient. Il se souvenait encore des cris, des hurlements. Son père lui balançant un sac au visage et lui ordonnant de prendre ses affaires et de se casser. Erwan ne correspondait plus aux attentes de sa famille conservatrice et fermée d'esprit. Son père ne voulait pas d'un fils assez tourmenté pour avoir de telles pensées à propos de son meilleur ami. Voilà ce qu'il lui avait crié au visage. Qu'il n'avait plus rien à faire dans cette maison. Les larmes aux yeux, Erwan quitta l'endroit où il avait grandi. Il quitta New York, prit un avion pour L.A., y dépensa tout son argent. Il passa deux semaines à dormir dans un parc, après avoir cherché du travail dans des bars et s'être fait remballé à chaque fois. Il jouait de la guitare pour les passants et mangeait avec ce qu'on lui donnait. Il n'avait plus un rond. Il rencontra Leo un soir. Leo qui lui promit les étoiles. Un toit, à manger, un travail, de l'amour. Alors Erwan le suivit.


2. LOS ANGELES
« Tu verras c'est facile. T'as juste à faire ce qu'il te demande, à te taire et à être mignon » Leo lui expliqua, en caressant sa joue. Erwan hocha faiblement la tête, puis laissa Leo déposer un baiser sur ses lèvres, sans réagir. Il avait fait confiance à Leo, il s'était livré à lui. Il avait eu ses premières expériences avec lui, Erwan lui avait tout donné. Mais parfois Leo voulait des choses étranges. Erwan se forçait, parce que Leo l'hébergeait, il l'avait sauvé, ramassé sur un trottoir. Mais cette fois-ci, lorsque Leo lui demanda ça, Erwan était perdu, comme en état de choc. Il sentit une boule se former dans sa gorge lorsqu'il entra dans la chambre, et qu'il entendit Leo fermer la porte derrière lui.
Ce ne fut pas facile et quand l'homme partit, il fit une réflexion à Leo. Ce soir-là, Erwan subit le passage à tabac qui le marqua à jamais, et il se jura que plus jamais il ne désobéirait à Leo. Il alla pleurer dans la salle de bains, et frotta sa peau aussi fort qu'il le fallait pour effacer le sang, la sueur, et tout le reste. Au moins, se dit-il en se regardant dans la glace, il avait un lit, et une douche, et de quoi se nourrir. Il ne pouvait pas tout avoir.
Leo lui apprit tout ce qu'il y avait à savoir, il l'entraîna, le forma, le prépara. Il lui enseigna le sexe sous toutes ses formes et comment faire plaisir aux hommes. Les premières fois, ça avait été pour rendre service, et Erwan se retrouvait prêté à des amis de Leo, des gens avec qui il faisait des affaires ou à qui il devait des cadeaux. Puis, il commença à faire payer des types pour venir faire un tour dans la chambre d'Erwan. Au bout de trois mois, Leo le laissa aller en ville, le soir. Il traîna à la sortie des bars et des boîtes, là où Leo lui avait dit qu'il y avait du travail. Il fit ce qu'il avait à faire. Ramena les billets à Leo, à peine plus que ce qu'il lui avait demandé. Et ça dura des mois, il commença à savoir y faire. A reconnaître ceux qui seraient intéressés, ceux qui avaient de l'argent. Puis il commença à garder le surplus pour lui, les billets cachés dans une boite, elle-même dissimulée dans la salle de bain, sous le lavabo. Il faisait le double de ce que Leo imposait, et gardait la moitié.
Le pire, ce n'était peut-être pas les clients, mais Leo lui-même, qui venait voir Erwan et s'enfoncer en lui histoire de se soulager, d'évacuer sa cruauté. Il aimait jouer avec lui, le torturer, lui faire du mal de toutes les façons possibles. Il avait réussi à se faufiler dans la tête d'Erwan, de le convaincre que la seule et unique chose pour laquelle il était doué, c'était se faire prendre. Il s'assura de faire en sorte que jamais Erwan ne l'oublierait, marqua sa peau de cicatrices et d'un tatouage à quelques centimètres de son sexe, le persuada que sa place était là et que Leo était si gentil avec lui, si bon, de l'héberger et de le supporter, de l'aimer. Et Erwan était devenu le parfait petit esclave.
Mais malgré tout ça, Leo n'avait pas réussi à éteindre complètement la flamme. Il y avait encore l'envie de se battre au fond d'Erwan, parce que Leo avait créé un survivant plutôt qu'un esclave. Et Erwan commença à s'imaginer une porte de sortie, à serrer la mâchoire et endurer pour s'en sortir. Il passa des nuits entières avec un homme aux pratiques douteuses qui le payait quatre fois ce qu'il devait ramener pour une nuit passée dehors. Juste pour faire tout ce qu'il désirait, se taire, et être mignon. En trois ans, il mit de côté 100 000 dollars. Et une nuit de mai 2015, il s'en alla avec un sac et sa guitare et ne revint jamais.

3. NEW YORK/MIAMI
Jamais il ne remettrait les pieds à Los Angeles. Il retourna à New York et ne recontacta pas sa famille, commença une vie en solitaire d'artiste incompris, retournant à son premier amour : la musique. Vivant avec l'argent qu'il avait gardé de Los Angeles et ce qu'il gagnait en jouant dans des bars. Six mois passés ainsi à New York lui offrirent une opportunité en or. Une maison de disque, basée à Miami, souhaitait lui donner sa chance. Alors il s'arma de courage et de confiance, plaqua le peu qu'il y avait à plaquer, prit un avion. Sa carrière commença bien, mais il était définitivement malheureux. N'ayant pas oublié Orel, il se retrouva en plus de ça pris au piège dans l'industrie de la musique, victime de chantage sexuel de la part d'un de ses producteurs. Trop naïf pour ce monde, facilement manipulé, il déchanta de suite.

Janvier 2016.
Il tomba sur Orel, et ce fut la surprise, le retournement de situation. Ils avaient grandi, tous les deux, et changé énormément, mais dès le début une tension grimpa entre eux. Erwan était totalement retourné par ces retrouvailles qui le sauvaient autant qu'elles le terrifiaient. Tout alla très vite, et après quelques rendez-vous, ils finirent dans les mêmes draps, Orel lui faisant l'amour. Commença alors une relation forte, intense, qui submergea entièrement Erwan. Pendant tout ce temps, il avait continué à espérer et s'accrocher au souvenir d'Orel, à vivre en espérant simplement le retrouver un jour, et voilà qu'ils vivaient ensemble dans un amour parfait. Mais tout ne pouvait pas être parfait bien longtemps, et en plus des traumatismes d'Erwan, il y avait ceux d'Orel. Et surtout, Orel, ivre, débarquant dans le bureau du producteur d'Erwan pour le passer à tabac après avoir appris pour le chantage sexuel dont avait été victime son petit ami. Un évènement qui fut le début de la fin pour eux. Alors qu'Orel, en coma éthylique, était à l'hôpital, le producteur en question -Peter O'Brady- vint trouver Erwan pour lui poser un ultimatum : il comptait porter plainte contre Orel, et le seul moyen pour Erwan de lui éviter ça était de suivre O'Brady chez lui, et de passer la nuit avec cet homme. Ce que Erwan fit, à contre coeur. Il n'en dit pas un mot à Orel lorsqu'il se réveilla, mais cela laissa comme une fissure dans leur couple. Pendant cette période plutôt étrange, Erwan dut faire face au retour inattendu de son frère Eggsy, qu'il n'avait pas vu depuis son départ de New York, le soir où ses parents l'avaient chassé. Avoir son frère auprès de lui et un semblant de famille lui permit sans doute de ne pas trop souffrir de la distance qui se creusait entre lui et Orel, jusqu'au jour où Erwan décida de lui avouer ce qui s'était passé avec O'Brady pendant le coma d'Orel. La colère du jeune homme fut immense, mais Erwan ne se laissa pas abattre, et il lui tint tête pour peut-être la première fois. La dispute alla loin, les plongeant sur une pente qui fut la fin de leur relation. Par la même occasion, Erwan décida d'arrêter sa carrière dans la musique, et quitta la villa et laissant Orel dans son passé.

4. MIAMI, mars 2017
Séparé d'Orel depuis presque 3 mois, il s'était plongé dans une période difficile, disparaissant pratiquement de la circulation et ne donnant plus de nouvelles. Tandis qu'il hébergeait son frère dans son appartement au centre de Miami, il tomba au plus bas et décida de se consacrer à la seule et unique chose pour laquelle il était doué : la prostitution. Retombant dans ses terreurs du passé, Erwan se retrouva à emménager dans une maison close et à y travailler. Dans cet endroit, les règles étaient strictes, le boss sévère et autoritaire, mais malgré tout, Erwan s'était convaincu que c'était l'endroit dont il avait besoin, là où il était le plus utile. Il se pensait être à sa place. Finalement, sa relation avec Orel semblait avoir été une parenthèse heureuse, son petit épisode heureux, mais il était désormais dépouillé de tout ça, de tout espoir. Se sentait vide et n'avait pour repère que les mots de Leo, toujours gravés en lui, et plus tenaces que quiconque aurait pu l'imaginer. Il avait perdu ses repères, ses envies, qui s'étaient résumées à Orel et la musique, elles aussi disparues. Tout ce qui lui restait, c'était le sexe, son corps, ce que Leo lui avait enseigné, ce qu'il savait faire et ce pour quoi il était si doué. Tout ce qui lui restait c'était Erwan, la parfaite petite pute.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Sujet: Re: présentations May  |  
Revenir en haut Aller en bas
 

présentations May

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A quand le verdict du tribunal administratif (CSC/CA) ?
» Aika Hiiragi [présentations]
» présentations d'un animagi si possible [Validée]
» Présentations des nouveaux-elles
» Ellyana Lewing (Finie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: miami beach :: test saison 6-